École polytechnique fédérale de Zurich (Zürich)
Kunst am Bau
2024
Musée d'art de Pully (pully)
Collective
2024
Galerie C (Paris)
Solo
2023
MEP Maison européenne de la photographie (Paris)
Solo
2023
Vontobel (Zurich)
Collective
2023
Gymnase de Bussigny (Bussigny)
Kunst am Bau
2023
Museo dei Cedri (Bellinzona)
Collective
2023
Victoria Hall (Genève)
Performance
2023
Petit Théâtre (Lausanne)
Collective
2022
Les 6 Toits (Genève)
2022
Musée Jenisch (Vevey)
Solo
2022
KKL (Luzern)
Performance
2022
La Source HES (Lausanne)
Performance
2022
Rhodanie 58 (Lausanne)
Kunst am Bau
2022
Galerie C (Neuchâtel)
Collective
2022
La Souce HES (Lausanne)
Kunst am Bau
2022
Grand théâtre (Genève)
Performance
2021
Westerpark (Amsterdam)
Performance
2021
Westerpark (Amsterdam)
Solo
2021
Tableau Zürich (Zürich)
Solo
2021
Musée des beaux Arts de Lausanne (Lausanne)
Performance
2021
Kali Gallery (Luzern)
Solo
2021
Place Pestalozzi (Yverdon)
Performance
2021
Rotonda la Mobiliare (Locarno Film Festival)
Collective
2021
Museo Villa dei Cedri (Yverdon)
Collective
2021
Duflon-Racz (Bruxelles)
Solo
2021
Fondation Mère Sofia (Lausanne)
Collective
2021
Valentin 61 (lausanne)
Collective
2021
nomadicartprojects (Olten)
Solo
2020
Stiefels Hopfenkranz (Luzern)
Solo
2020
SUDPOL (Luzern)
Performance
2020
Quartier Général (La chaux de fond)
Solo
2020
Quartier Général (La chaux de fond)
Performance
2020
Salle des merveilles La Mobilière (Nyon)
Solo
2020
Duflon Racz (Bern)
Solo
2020
Henie Onstad Kunstsenter (Norway)
Collective
2020
NEST (The Netherlands)
Collective
2020
Edition VFO (Zürich)
Performance
2019
Edition VFO (Zürich)
Collective
2019
Stiftung Binz 39 (Zürich)
Collective
2019
Locarno Film Festival (Locarno)
Collective
2019
La Mobilière Headquarters (Bern)
Solo
2019
ARSENIC (Lausanne)
Performance
2019
ARSENIC (Lausanne)
Kunst am Bau
2019
Musée des beaux-arts de Lausanne (Lausanne)
Kunst am Bau
2019
Mattatoio (Rome)
Collective
2018
Centre Pasquart (Bienne)
Collective
2018
APPROCHE Paris (PARIS)
2018
twenty14 contemporary (Milano)
Collective
2018
Cité Internationale des Arts de PARIS (PARIS)
Solo
2018
Cité Internationale des Arts de PARIS (PARIS)
Performance
2018
South Tanks - Tate Modern (London)
Performance
2018
Le Commun (Genève)
Collective
2018
Festival CONVIVENICA (Toulouse)
Collective
2018
Tate Modern (London)
Collective
2018
Galerie Kernweine (Stuttgart)
Collective
2018
Despacio (San José Costa Rica)
Solo
2018
DISINI Visual Arts Festival (Singapore)
Collective
2018
Vitrine Gallery (Basel)
Solo
2017
Vitrine Gallery (Basel)
Performance
2017
Abattoirs de Toulouse (Toulouse)
Performance
2017
Lily Robert (Paris)
Solo
2017
Médiathèque des Abattoirs de Toulouse (Toulouse)
Kunst am Bau
2017
Aldama fabre gallery (Bilbao)
Collective
2017
Barraco Cultural (Puerto Alegre)
Collective
2017
Kunsthaus Langenthal (Langenthal)
Collective
2017
Kunsthaus Langenthal (Langenthal)
Performance
2017
Lily Robert (Paris)
Collective
2017
Seen Fifteen (London)
Performance
2017
Seen Fifteen (London)
Installation
2016
Motel Campo (Genève)
Collective
2016
Centre Culturel Suisse (Librairie) (Paris)
Performance
2016
La Filature (Mulhouse)
Solo
2016
Galerie Olivier Robert (Paris)
Solo
2016
Fotofestival Verzasca (Sonogno)
Collective
2016
LILY ROBERT (PARIS)
Collective
2016
Halle 4 // Messeplatz Basel (Basel)
Collective
2016
Palais de Tokyo (Paris)
Collective
2016
Quai 1 (Vevey)
Solo
2016
Art Genève (Genève)
Solo
2016
le Commun (BAC Genève)
Collective
2016
Photo50 - London Art Fair (London)
Collective
2016
Sonnenstube (Lugano)
Collective
2015
Musée des Beaux-Arts de Lausanne (Lausanne)
Collective
2015
FOTOFESTIVAL (Sammlung Prinzhorn, Heidelberg)
Collective
2015
Espace Arlaud (Lausanne)
Installation
2015
Project Space : Centre d’Art Contemporain (Genève)
Collective
2015
Project Space : Centre d’Art Contemporain (Genève)
Collective
2015
Tate Modern (London)
Performance
2015
Project Space : Centre d’Art Contemporain (Genève)
Solo
2015
Sonnenstube (Lugano)
Kunst am Bau
2014
Centre d'art Circuit (Lausanne)
Collective
2014
Centre pour la photographie (Genève)
Collective
2014
Saint Valentin (Lausanne)
Collective
2014
Villa Bernasconi (Genève)
Collective
2014
LOKAL INT (Bienne)
Collective
2014
Galerie Azzedine Alaïa (Paris)
Collective
2013
Le commun, BAC (Genève)
Collective
2013
Centre Pasquart (Bienne)
Collective
2013
serre du jardin botanique / Nuit des musées (Genève)
Collective
2013
Centre de la photographie Genève (Genève)
Collective
2013
Fotomuseum Winterthur (Winterthur)
Collective
2012
USINE KUGLER (Genève)
Collective
2012
Festival Images (Vevey)
Collective
2012
FOTOHOF Salzburg (Salzburg)
Collective
2012
Abstract (Lausanne)
Collective
2012
galerie Edouard Roch (Ballens)
Collective
2010
Standard-deluxe (Lausanne)
Collective
2010
Rencontre de la photographie (Arles)
Collective
2008
VFG (Zürich)
Collective
2008
VFG (Genève)
Collective
2008

Too much Metal for one hand Paris

,

Galerie Olivier Robert (Paris)

05.09.2016 - 10.08.2016

Des images qui tapent.

Alors qu’un flux croissant d’images envahit nos regards à travers des écrans multiples, les clichés photographiques se confondent, absorbés par un bruit de fond où flottent des fragments iconiques. Armée de l’esthétique de l’excès, Maya Rochat recherche des stratégies libidinales aptes à contrecarrer la surabondance de représentations. Il s’agit de dépasser les limites d’un médium désormais trop silencieux. L’artiste s’abreuve ainsi aux sources sulfureuses d’une culture métal pourvoyeuse d’un dépassement de toute limite.

Sous la devise Too much metal for one hand, Maya Rochat recherche une saturation sensorielle inspirée par les expériences physiquement déroutantes du moshpit, du circlepit, du wall of death. C’est la photographie qui devient performance en se réappropriant d’une vitalité sacrifiée lors du passage à la reproduction mécanique. Mödley Crue et Cannibal Corpse sont appréhendés comme œuvres totales, des Gesamtkunstwerk, aptes à percer les brumes d’une réalité augmentées hyperconnectée. Mais c’est surtout la grande vague du glam metal qui nourrie l’imagerie de Maya Rochat. Véritable déflagration étincelante, surgie au cours des 80’s de la Sunset Strip de L.A., ayant transformé l’excès «heavy » en produit de masse. Dans Too Much Metal for One Hand, paillettes et make-up flamboyant, s’entrelacent parmi les teintes sombres surgissant de la porosité organique des patterns.

Maya Rochat associe à une technophilie propre à la génération post Internet, un attrait pour la confrontation directe aux matières. Cette présence récurrente des traces du processus de production, incarné par la main même de l’artiste, témoignent du caractère artefact de l’image. Défonces numériques, coups de spray, scanner, film, peinture, se succèdent sur les surfaces photographiques, plusieurs fois décomposée et rephotographiés. Autant de stratégies visant à faire basculer le cliché dans une multitude d’images stratifiées et insaisissables. Lors des procédés de manipulation et de destruction, les clichées sont transférés et recomposé dans différents formats, vidéo, installation, publication. La répétition sérielle se transforme ainsi en migration rhizomique.

Le travail de Maya Rochat forme un vaste réseau d’images entremêlées dont l’énergie dérange nos codes ordinaires d’interprétation et de perception. Il en dérive une expérience visuelle immersive, à la limite de l’abstraction, où les clichés imprimés sur de multiples supports ou projetées dans l’espace pogottent dans la marge du medium photographique.

text by Sebastien Peter

Artworks

Too much Metal for one hand (2015)

80 x 100 cm, Dodeka inkjet print on silver paper, with spray paint, framed
Unique
private coll.

Let’s talk about art (2015)

55 x 78 cm, jet d’encre sur papier métallisé, on alu dibond
Unique

me first mutant (Burnt) (2016)

80 x 100 cm,inkjet on silver paper, on cut and burnt aluminium, metal work, with inkjet on mat printed wallpaper, framed.
Made in collaboration with Thomas Niemann for Palais de Tokyo.
Unique